Médailles olympiques de 2020 : l’exemple du recyclage des smartphones usagés

Le saviez-vous ? Pour les Jeux olympiques prochains qui se dérouleront au Japon, plus précisément à Tokyo, les médailles qui seront remises aux athlètes vainqueurs seront fabriquées à partir de recyclage des appareils électroniques notamment les smartphones. Le projet est aujourd’hui un succès, car les autorités nipponnes ont en effet réussi à collecter suffisamment de métaux précieux (or, argent et bronze) pour concevoir environ 5 000 médailles destinées à l’occasion. Il s’agit d’un geste symbolique qui témoigne de leur attachement à la protection de l’environnement.

Des métaux précieux issus d’appareils électroniques recyclés pour les JO 2020

Comme prévu, le design des médailles des JO 2020 fut donc révélé cet été. En effet, c’est le 24 juillet passé que le Comité olympique japonais a publié sur son site officiel à quoi vont ressembler les futures médailles olympiques de 2020. Et la surprise fut générale. On y retrouve la déesse grecque de la Victoire, Niké, devant le stade antique grec panathénaïque de même que les cinq anneaux olympiques et le nom des Jeux olympiques de l’année concernée « Tokyo 2020 ». À part ces symboles classiques, les médailles sont comparables à des pierres brutes polies et ont un resplendissement extraordinaire.

L’aspect de ces médailles est l’œuvre du designer Japonais Junichi Kawanishi qui est le seul à être choisi lors d’une compétition ayant rassemblé plus de 400 autres designeurs. Elles étaient accompagnées de leurs rubans et leurs étuis respectifs. Si vous ne le saviez peut-être pas, toutes les médailles qu’elles soient en or, argent ou bronze, ont été faites avec des matériaux récupérés à partir de vieux déchets électroniques.

Au cours de cette présentation, des explications sont données sur leur esthétique. Ainsi, vous pouvez lire sur le site les propos suivants : « Leur conception est destinée à symboliser la diversité et à représenter un monde où les gens qui pratiquent des sports et travaillent dur sont honorés.

L’éclat des reflets des médailles signifie la lueur chaleureuse de l’amitié représentée par des personnes du monde entier se tenant la main ». Le nombre de médailles à produire est très important, car plusieurs épreuves sont prévues (321) et des milliers d’athlètes seront en liste, et certains vont concourir en équipe.

Il faut noter aussi que ce sont ces mêmes médailles qu’on offrira aux vainqueurs des Jeux paralympiques qui suivront ces JO. Pour être plus claire, on parle de la production de 5 000 médailles environ. Et comme leur aspect a été validé, on va maintenant rentrer dans la phase de production.

Une immense opération de collecte de smartphones

L’idée était née en 2016 depuis les prémices de l’organisation des jeux mais rien ne prédisait sa concrétisation. Pour venir à bout, les concepteurs ont dû collecter plus de 5 millions de smartphones usagés dans les boutiques de l’opérateur NTT DoCoMo, les bureaux de poste et autres bâtiments publics.

En réalité, le Japon produit chaque année une quantité astronomique de déchets électroniques (650 000 tonnes). Et la quantité de métaux précieux qu’on retrouve dans ces déchets électroniques se situe entre 16 et 22 % des réserves mondiales. Il fut alors mis sur pied un programme écologique de recyclage. Ce dernier remporte un franc succès dans l’archipel. L’opération dura trois ans et a pris fin le 31 mars passé.

Dans le mois d’octobre de l’année 2018, le comité olympique avait fait une révélation en disant avoir déjà récupéré 28,4 kg d’or, 3,5 tonnes d’argent et 2,7 tonnes de bronze, soit respectivement 93,7 %, 85,4 % et 100 % des objectifs initiaux (30,3 kg, 4,1 tonnes et 2,7 tonnes). En ce moment, il avait atteint ses objectifs de collecte de bronze, et n’était pas très loin en ce qui concerne l’or et l’argent.

Aujourd’hui, tout semble indiquer que les autorités nipponnes ont pu rassembler toute la quantité de métaux précieux dont elles ont besoin pour honorer leur promesse. Les organisateurs ont également reconnu avoir bénéficié du soutien indéfectible du public et de plusieurs entreprises japonaises, ainsi que des athlètes nationaux et internationaux.