Focus sur la taxation des métaux précieux en 2018

Jusqu’en 2017, la détention de métaux précieux est soumise à l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune). Depuis le 1er janvier 2018, l’ISF est devenu l’IFI (Impôt sur la Fortune immobilière).

Le remplacement de l’ISF par l’IFI exonère la détention de l’or de l’impôt sur la fortune. Toutefois, en 2018, la fiscalité rend cette détention plus onéreuse, et pas uniquement pour l’or, mais aussi pour les métaux précieux.

On sait que l’imposition sur les métaux précieux se fait suivant le régime choisi : la taxation de la plus-value ou la taxation forfaitaire assise sur le prix de vente.

Hausse de la Taxe Forfaire assise sur le prix de vente

À partir du 1er janvier 2018, La Taxe forfaitaire sur les Métaux précieux (TFMP) est rehaussée de 1 %, passant ainsi de 10 % à 11 %. Ce qui donne au total, incluant la CRDS (0,5 %), un taux 11,5 % sur le prix de vente des métaux précieux.

Hausse également de la Taxation de la plus-value

Pour le régime Taxation de la plus-value réelle, moyennant une justification de la date et du prix d’achat du métal précieux, le vendeur peut jouir d’une exonération de taxe à partir de la 22e année de sa détention, avec un abattement de 5 % par an à partir de la 3e année.

Ce régime peut considérablement alléger la pression fiscale, lorsqu’on sait que les taux de taxation sont exorbitants : 19 % pour les impôts et 15,5 % pour les prélèvements sociaux ou CSG. Ces derniers chiffres ont été en vigueur pour les années avant 2018.

En effet, à partir du 1er janvier 2018, ceux qui n’ont pas encore atteint les 22ans de détention de métaux précieux se verront taxés de 17,2 % pour leurs prélèvements sociaux.